22.5.09

.



Rouge baiser et gris contre jour
Sur la scène de nos mémoires
divine comédie....
Ni blancs, ni noirs
et blancs autant que noirs
les souvenirs hésitent encore.
Lever de rideau
sur tout ce que l’on n’a pas su voir
pour improviser demain
avec nos morceaux d’hier

.

7 commentaires:

Tulipe a dit…

Mmmm... J'aime, le texte autant que le tableau.
Comme le précédent d'ailleurs, mais comme je suis la première cette fois, je laisse une trace.

BABYLONEZOO a dit…

très belle abstraction

toutaubord a dit…

On a pas su voir ou on a trop vu ? La vie nous en fait voir de toutes couleurs et quelquefois c'est trés beau. Bises

Minijupe a dit…

Le p'tit dernier ???

juillev a dit…

Tulipe:"seules les traces font rêver" disait le poete (R.Char)

Babylonezoo: merci!

Thierry: ne retenir que les couleurs!

Marie: oui, un des derniers

Rénica a dit…

j'adore !

alterdom a dit…

entre déchirure
et froissement
blessure
et parement

encore, en corps!