25.10.10

.


Que modèlent mes jours ta lumière et tes mains
Refais par dessus moi les voies du lendemain
Et mène moi le coeur dans les champs de vertige
Où l'herbe n'est plus l'herbe et doute sur sa tige
.
J. Supervielle (oublieuse mémoire)
.

3 commentaires:

clo a dit…

Hello...
Un bien joli monde votre blog..les photos ,les mots qui les accompagnent,beaucoup de douceur et de sensibilité..
merci pour ce joli petit moment..tres zen :o)

alterdom a dit…

La foie des mots,
le chic de la photo,

Merci Evelyne!

juillev a dit…

... Merci à toutes les deux d'aimer et de partager mon monde!