25.6.11

.


On ne connait jamais le commencement
Même dans l'amour?
Non, jamais je crois. c'est longtemps après que l'on sait qu'il s'est cristalisé là, par un geste que l'autre aurait eu soudain
Ou un mot inattendu sugit d'entre les lèvres, souffle
Longtemps après on l'imagine
L'amour une fois installé, son utopie autorise
L'élargissement du regard, au-delà et en deça
Vers sa fin prévisible
Et son début.
J'invente à postériori mes naissances successives

La dernière m'a menée face à vous

Sylvie Gracia (extrait)
.

3 commentaires:

alterdom a dit…

Superbe, Eveline!

j'aime beaucoup ton monage photo et les mots de Sylvie sont d'une grande justesse

philippe chauché a dit…

" J'ai, je crois, enfin trouvé le chemin ; le suivre. Voilà une journée heureuse. " Stendhal - Journal

Bien à vous et que Rodin vous protège.

Philippe Chauché

juillev a dit…

Regarder, écouter, suivre le chemin ...et inventer toujours