19.3.14

.


                     ...alors on s'enfonce, on traverse
                     des étendues où le seul futur est le cœur qui bat
                     comme cet appel auquel on voudrait répondre
                     et c'est pourquoi on avance, même si à chaque pas
                     rien ne bouge que le corps obstiné qui poursuit
                     l'ombre qu'il n'a pas, on aimerait pouvoir
                     s'arrêter, regarder simplement l'aube qui vient,
                     poser la main sur la pierre froide et saluer
                     la lumière, dire les premiers mots, écouter
                     le crissement du sable, le bruissement de l'eau,
                     la rumeur des choses qui commencent mais le jour
                     est déjà le soir, on n'a rien pu saisir, on reste
                     vacant à regarder ses mains dans l'éclat des lampes
                     ou sur la vitre l'attente du visage noir,
                     on se perd, on se retrouve, il y a des silences
                     remplis de voix, des matins tombés comme des soirs,
                     plus on avance et moins on sait, on cherche demain
                     entre des mots qui disent hier, ce qu'on a gagné
                     on l'a perdu, comparé à ce qu'on a été
                     on n'est rien, disait-il, mais un rien qui insiste,
                     on guette entre les signes du corps l'imperceptible
                     grignotement tandis que sur la fenêtre brille
                     une sorte de splendeur, on voudrait y entrer,
                     être le courant et à la fois se voir couler,
                     on cherche, les choses semblent n'avoir pas bougé
                     mais quand on veut les prendre, les toucher, simplement,
                     c'est comme si elles reculaient, s'effaçaient
                     ne laissant sur les doigts qu'un peu de poussière à peine,
                     quelque chose qui peut-être ressemble à l'oubli,
                     alors c'est dans cet oubli qu'on s'avance,
                     au moment où on croit ne plus rien tenir, c'est là,
                     un éblouissement minuscule, on est perdu...
                                                                                        J.Ancet
.

2 commentaires:

Cephee a dit…

... écouter le crissement du sable, le bruissement de l'eau, la rumeur des choses ...
douce écoute qui berce nos rêves ... <3

juillev a dit…

Merci Céphee pour ton passage et tes mots toujours sensibles!