26.6.08

.


Pour peu que l’on subisse assez de pertes, le passé devient à la longue ce qui était d’abord l’avenir : un lointain où laisser vagabonder la rêverie, un horizon derrière lequel une seconde chance reste toujours possible et où en dépit du caractère irrémédiablement révolu de toute chose, l’énigmatique espoir continue d’exister
L’enfant ombre (F.P. Thomese)
.

5 commentaires:

Sylvie a dit…

l'espoir. c'est ce qui rend la vie supportable non ?

heure-bleue a dit…

Entièrement d'acccord avec Sylvie sinon j'aurais baissé les bras depuis longtemps..

jeandelaxr a dit…

Décidément, j'aime l'élégance de ce blog ! C'est dit !

DOWNLOAD a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
juillev a dit…

Oui,les filles, l'espoir, au-delà de l'espoir!et avec le sourire!

Jean: c'est le genre de compliment qui me touche beaucoup!